Concerts

Jeux d’écriture

Le cycle des Présences Vocales se poursuit dans la diversité et l’ouverture. Les 20 et 21 janvier derniers, le petit Théâtre Saint-Exupère de Blagnac accueillait une version scénique de l’opéra radiophonique de Pierre Jodlowski Jour 54, conçu en hommage à Georges Perec, et présentée dans le cadre de la saison d’Odyssud. La petite salle de spectacle, récemment rénovée dans l’édifice de la chapelle Saint-Exupère, se révèle parfaitement adaptée au propos de cette œuvre de réflexion, intimiste et profonde.

Le dispositfs scénique conçu par Pierre Nouvel – Photo Classictoulouse –

L’imagination de Pierre Jodlowski ne connaît pas de limite. Ce musicien poète explore les marges des disciplines artistiques traditionnelles. Un opéra radiophonique est supposé ne concerner que l’écoute. L’oreille seule « observe ». La version visuelle conçue par Pierre Nouvel transpose le propos du compositeur pour l’œil du spectateur. Le propos de Pierre Jodlowski, largement et clairement présenté par le créateur lui-même en ouverture de soirée, s’inspire du dernier ouvrage inachevé de Georges Perec, « 53 Jours ». Une œuvre littéraire, comme toujours chez Perec, qui s’invente des contraintes faites pour stimuler la réflexion. « 53 Jours » adopte la structure d’une série de poupées russes, chaque énigme posée trouvant sa solution dans un livre qui ouvre à son tour une nouvelle énigme. La réflexion de Pierre Jodlowski telle qu’elle est illustrée par son opéra « Jour 54 » s’inspire précisément des carnets de notes publiés à la fin de l’ouvrage inachevé de Perec, truffé de références à Stendhal. Le titre même « 53 Jours » fait d’ailleurs allusion à la durée supposée de l’écriture de « La Chartreuse de Parmes ».

Ces éclaircissements liminaires cond